Actualités

[size=150]Bonjour et bienvenue sur le forum des Ratouphiles Associés.

Problèmes de fertilité chez les rates

Modérateurs: Animateur ARA, Animateur ERA

Problèmes de fertilité chez les rates

Messagede Tani » Dim 10 Avr 2016 18:47

Débat sur le thème de la santé

Problèmes de fertilité chez les rates


Face à des problèmes reproductifs variés mais parfois récurrents, les ERA ont réfléchi aux causes possibles et aux moyens d'écarter ces soucis.

• Pour commencer, il s'agirait de se demander si les problèmes de fertilité relèvent de l'inné ou de l'acquis.
• Si ces problèmes proviennent vraiment de l'inné, de l'héréditaire, alors on sait ce sur quoi on peut agir, intégrer ce critère dans nos recherches.
• En revanche, si ces problèmes peuvent provenir de l'acquis, de l'environnement dans lequel vivent nos rats, de l'alimentation qu'ils reçoivent, il serait très intéressant de réussir à trouver les facteurs qui peuvent amener à ce manque de fertilité. Car en effet, trouver les causes nous permettra de chercher des solutions.
• Les soucis peuvent aussi être liés à de multiples facteurs qui seuls peuvent n'avoir aucune conséquences mais qui additionnés vont provoquer un problème inattendu. Ces facteurs pouvant être héréditaires ou environnementaux.

• Au niveau des facteurs « à risques » du côté environnemental, on peut noter :
- L'embonpoint global de nos rats.
- Le systématique gavage avant la portée soit pour lui faire atteindre les 250g, soit en se disant "c'est pour après". Sauf qu'on a déjà remarqué que le gavage en cours de gestation provoque des soucis de mise bas. On peut donc penser que le gavage pré-saillies est également néfaste.
- Le manque d'activité.

• Au niveau des facteurs « à risques » du côté héréditaire, on peut noter :
- La recherche du " bon gabarit". Obtenir des rats grands "artificiellement" n’est sûrement pas une bon choix. D’ailleurs, il semblerait que les individus assez "petits", inscrist dans un cadre de bonne sélection soient moins sujets aux tumeurs que les grands/gros.
- La sélection des plus mous/sympas et donc des moins hormonés.
- Parfois le croisement de 2 rats en particulier introduit un souci qui surgit sur les générations suivantes.

• Quand on analyse les échecs lors des reproductions, le schéma des femelles est à peu près toujours le même :
- Chaleurs très espacées (plus de 5 jours).
- Chaleurs peu/pas démonstratives.
- Rate pas spécialement intéressées par les mâles.
- Grosse prise de poids rapide et puis plus rien, alors que c'est souvent l'inverse sur les "vraies" gestations.
Dans le cas de reproduction externe, il vaut donc mieux ne pas prévoir de retour précoce du reproducteur externe
- Pas de résultats après deux saillies. Si la saillie ne marche pas la seconde fois et que la rate présente des signes "autres" mieux vaut ne pas tenter une nouvelle saillie.
- Lorsque les soucis apparaissent lors de la mise-bas, c’est surtout le poids de la mère qui peut être en cause.

• Ces soucis peuvent se rattraper via les mâles. Il est conseillé de ne pas miser sur les femelles pour la suite et de remonter une étape plus haut que les soucis observés pour tenter de reprendre à un point de sauvegarde et ne pas hésiter à couper les branches trop défaillantes.

• Niveau sélection, il est important de choisir les femelles qui ont le plus de "signes" de fertilité même s’il y a un risque de passer par une génération avec un caractère fort et des hormones bien présentes. Le plus dur reste donc de dissocier "hormones de fertilité" et "hormones gros con" pour trouver l'équilibre entre les deux.

• La toute première priorité pour sélectionner une bonne reproductrice est : monitoring serré des chaleurs pendant 1 mois avant la saillie, pour repérer le cycle, la démonstrativité des chaleurs, l'intérêt pour les odeurs des mâles s'il y a des mâles chez elle...

• Une particuliarité du corps jaune chez la rate fait qu'en cas de coït sans fécondation le cycle entre dans un état de pseudogestation pendant 10 jours. Et effectivement sur les observations qu'on a, la période de 10 jours semble assez caractéristique des rates qui s'avèrent n'être finalement pas gestantes. Il faut attendre d'avoir passé le cap des 10 jours pour savoir si la saillie a marché.

• Une femelle qui a été saillie si elle est remise en contact avec un mâle après (plutôt en début de gestation à priori dans les 7 à 10 premiers jours) peut avoir pour réflexe de s'auto avorter pour se rendre de nouveau disponible pour une saillie (ce qui peut expliquer aussi d'ailleurs que dans des groupes mixtes non stérilisés les portées ne s'enchaînent pas forcément comme on pourrait le penser).
La pratique de remettre la femelle en contact avec le mâle après la saillie pour vérifier s'il n'y a pas apparition de chaleurs à la mise en contact, pour avoir confirmation d'un éventuelle gestation peut donc expliquer certains échecs.

• Ce n'est pas étonnant ni grave qu'une première saillie ne fonctionne pas. Des chaleurs spontanées peuvent se déclencher par la proximité du mâle à un moment où la femelle n'aurait pas dû en avoir, ce qui conduit à une saillie généralement pas fécondante. En revanche, après 3 saillies infructueuses, il ne faut pas tenter plus.

• Parfois, il y a des couples "incompatibles" ou qui "ne se plaisent pas" et des rats qui ont besoin d'un certain environnement pour être à l'aise.

• Faire venir le mâle chez la femelle peut également permettre de "mettre toutes les chances de son côté pour la gestation" et d'éviter le stress des déplacements, d'un nouvel environnement.

• Dans l'idéal, privilégier les portées en interne est le plus pratique.

• Il a également été observé que les animaux jeunes se reproduisent mieux que les vieux, donc on peut se demander si repousser toujours au maximum les âges de reproduction (surtout chez les mâles, nombreux à ne plus montrer de vigueur arrivés à un certain âge) ne serait pas au final un mauvais choix reproductif.

• On remarque, c'est que c'est en général ceux qui font le moins de portées qui essuient le plus d'échecs en proportion du nombre de tentatives. Alors bien sûr, il y a quelques facteurs confondants qui rendent le phénomène plus marqué que ce qu'il est vraiment :
-ceux qui ont beaucoup de portées à l'année parlent moins de leurs échecs... Tous les éleveurs ne recensent pas forcément tous leurs échecs, surtout ceux qui font beaucoup de portées car cela leur fait parfois un trop gros travail d'archivage.
-il y a la malchance qui entre en jeu tout simplement... quand on a 2 portées à son actif, il suffit que les 2 rates et on se retrouve avec 100% d'échec... sur peu de portées, forcément, le pourcentage d'échec est plus significatif.
- ceux qui ont peu de portées et sont ensuite très affectés par les échecs sont en général des gens qui s'investissent beaucoup dans leurs portées et on retrouve régulièrement quelques paramètres :
-des déplacements importants de la femelle pour arriver jusqu'au mâle à l'origine d'un stress non négligeable potentiellement à l'origine d'avortements spontannés. Les gros éleveurs font beaucoup plus de portées internes, cela pourrait expliquer leur plus gros pourcentage de réussite.
-souvent, ces petits éleveurs n'ont qu'un seul sexe à la maison. Peut être que ça favoriserait les "fausses chaleurs" dès la mise en contact avec un mâle ?
-on a très souvent aussi en face de la femelle un mâle assez âgé (quoique cette tendance semble devenir moins fréquente avec le temps)... Ca pose 3 problèmes : manque de libido, incapacité à exécuter la saillie correctement et ensuite probablement un soucis de viabilité des spermatozoïdes (mais ça c'est pas vérifiable à notre niveau).
-voir peut être parfois une "sur-protection" de la femelle : changement d'alimentation trop précoce qui peut provoquer des dérèglements hormonaux , isolement en cage de maternité trop précoce à l'origine d'un stress important.

• D'autres facteurs pourraient jouer et concerner tous les éleveurs quelle que soit la taille des rateries :
- des lignées peu fertiles à force de sélectionner des rats "patates" peu hormonées... attention cela dit, avoir une femelle qui fait ses chaleurs régulièrement et de façon visible c'est bien, mais une femelle qui fait des chaleurs trop fréquentes (tous les 2 jours), trop marquées et/ou trop longues (24h de chaleurs...) ça peut être en facteur de risque plus important pour les tumeurs mammaires,
- des problèmes infectieux qui passent inaperçus... MST ou autre... Ce que l'on pense être des "séries noires" ont peut être une cause bien précise !
- des facteurs de risques environnementaux multiples lié à la vie captive que l'on a pas encore identifié...
- le surpoids est probablement une des causes...
- l'éclairage artificiel ainsi qu'une température stable toute l'année perturbe peut être aussi les cycles hormonaux de nos rats. Voire peut-être certains plastiques de leur environnement dont nous ne connaissons pas la composition (biberon, maisonnettes...) voir certaines peintures (nous n'avons aucune indication sur celles utilisées par les fabricants de cage !) qui se retrouvent facilement dans la gueule de nos rats quand ils rongent. Ainsi que l'alimentation (peut-être un manque d'alimentation fraiche qui ne doit pas aider). Certains résidus de médicaments dans l'eau et les aliments... Bref, une multitude de facteurs...
Image
Tani
Animateur ARA
 
Messages: 663
Inscription: Mer 20 Mai 2015 19:08

Retourner vers Débats

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

cron